imagine - institutimagine.org

imagine - institutimagine.org

VENTE AUX ENCHÈRES EXCEPTIONNELLE • UNE INITIATIVE DE KAMEL MENNOUR AU PROFIT DE L’INSTITUT IMAGINE • Exposition des œuvres : « Redonnons leur enf...

2MB Sizes 0 Downloads 15 Views

VENTE AUX ENCHÈRES EXCEPTIONNELLE •

UNE INITIATIVE DE KAMEL MENNOUR AU PROFIT DE L’INSTITUT IMAGINE •

Exposition des œuvres :

« Redonnons leur enfance à tous nos petits héros. Ensemble, battons-nous pour que la maladie ne soit plus qu’un lointain souvenir. » •

Pr Alain Fischer & Kamel Mennour

Vendredi 4 septembre de 11  h à 19  h Samedi 5 septembre de 11  h à 19  h Dimanche 6 septembre de 11  h à 19  h Lundi 7 septembre de 11  h à 19  h Mardi 8 septembre de 11  h à 19  h Mecredi 9 septembre de 11  h à 19  h kamel mennour, 47 r ue Saint-André des Arts, Paris 6e •

Dîner & Vente : Le jeudi 10 septembre 2015 à 20 h à l’Institut Imagine, 24 boulevard du Montparnasse, Paris 15e avec la participation au marteau de maître François de Ricqlès, président de Christie’s France Maître de cérémonie : Gad Elmaleh •

Pour toute information : [email protected] • +33 1 56 24 03 63 [email protected] • +33 1 42 75 43 64 •

Ordre d’achat & enchères téléphoniques : [email protected] • +33 1 40 76 84 05

Imaginer est un don tout à fait particulier puisqu’il consiste à concevoir comme existant ce qui n’existe pourtant pas encore : voilà le défi auquel les équipes d’lmagine sont confrontées et qu’elles tentent de relever quotidiennement. Pour parvenir à nommer les maladies génétiques, à les comprendre, les traiter et les enseigner, elles ont besoin de vous, de nous. C’est la raison pour laquelle Christie’s a choisi de s’engager aux côtés de Kamel Mennour, de Stanislas Lyonnet et de Gad Elmaleh pour organiser cette soirée et cette vente aux enchères dont le produit permettra aux équipes d’lmagine d’accélérer leurs découvertes. Les œuvres d’art contemporain réunies dans ce catalogue revêtent donc un caractère exceptionnel, puisqu’en dehors de leurs qualités intrinsèques d’œuvres d’art, elles témoigneront de votre générosité et de votre volonté d’aider Imagine. Offertes par treize artistes célèbres, elles seront portées par vos enchères et l’élan commun qui nous réunit ce soir pour permettre à Imagine de poursuivre son travail extraordinaire pour la vie et l’avenir des enfants. Nous comptons sur votre soutien et votre participation. Merci d’avance. The power to imagine is a very special gift, as it involves conceiving of what does not yet exist. This is the challenge faced every day by the multidisciplinary teams at Imagine. To succeed in naming, understanding, curing, and teaching about genetic diseases, they need our help. That is why Christie’s has decided to join together with Kamel Mennour, Stanislas Lyonnet, and Gad Elmaleh, to organise this evening, where the proceeds of our auction will go towards helping the Imagine teams achieve their goals faster. The contemporary artworks in our catalogue are special because beyond their intrinsic artistic qualities, they will show your generosity and your willingness to help Imagine. Donated by thirteen celebrated artists, they will, thanks to your bids and the shared enthusiasm that brings us together here tonight, allow Imagine to continue its extraordinary work in saving and improving children’s futures. We are counting on your support and your participation. Our thanks in advance.

François de Ricqlès. Président, Christie’s France.

L’Institut Imagine, la galerie kamel mennour et Christie’s France s’associent pour défendre les valeurs d’excellence, d’ouverture et de créativité à l’occasion d’une vente aux enchères exceptionnelle au profit de l’Institut Imagine – lieu unique de recherche, de soins et d’enseignement sur les maladies génétiques de l’enfant à l’adulte. Les fonds récoltés seront entièrement investis dans la recherche et le développement de nouveaux traitements. Rappelons qu’un don de 500 € permet de séquencer l’ADN d’un patient en vue d’un diagnostic. La galerie kamel mennour est partenaire de l’Institut Imagine depuis sa création. En 2014, l’artiste François Morellet et Kamel Mennour s’associaient pour offrir une installation monumentale 3 arcs de néon inclinés à 0°-90°-45° sur l’un des trois pignons donnant sur le jardin d’Imagine pour soutenir les familles, les médecins et les chercheurs mobilisés pour guérir les maladies génétiques. Cette initiative de cœur s’inscrit donc dans le prolongement de cette première action, et vise à une levée de fonds essentielle pour l’Institut. Elle est rendue possible grâce à la générosité d’un ensemble d’artistes issus de la scène contemporaine internationale  : Mohamed Bourouissa, Marie Bovo, Daniel Buren, Latifa  Echakhch, Camille Henrot, Huang Yong Ping, Alfredo Jaar, Anish Kapoor, Tadashi Kawamata, Lee Ufan, Claude Lévêque, Philippe Parreno, Martial Raysse  ; et de personnalités qui ont toutes accepté de proposer des expériences uniques : Azzedine Alaïa, Éric Cantona, Peter Lindbergh, Benjamin Millepied, François Pinault, Teddy Riner, et Gad Elmaleh qui nous fait le plaisir d’être notre maître de cérémonie. •

FRANÇOIS MORELLET 3 arcs de néon inclinés à 0°-90°-45°, 2014
 Installation lumineuse pérenne / Permanent light installation
 Don de François Morellet et Kamel Mennour à l’Institut Imagine  / Gift to the Imagine Institute by François Morellet and Kamel Mennour

The Imagine Institute, kamel mennour gallery and Christie’s France are joining together in defence of excellence, openness, and creativity, for an exceptional auction, with all profits going to the Imagine Institute, a unique centre for research, care, and teaching around genetic disorders in children and adults. All funds raised will be invested in research and the development of new treatments. For every donation of 500 €, the DNA of a patient expecting a diagnosis can be sequenced. In support of the families, doctors, and researchers committed to curing genetic diseases, François Morellet and Kamel Mennour have already donated a monumental installation, 3 arcs de néon inclinés à 0º-90º-45º, for one of the three walls giving onto the Imagine Institute garden. The current heartfelt initiative follows on from this initial action, and aims to raise essential funds for the Institute. It has been made possible thanks to the generosity of a number of artists from the international contemporary arts scene, including Mohamed Bourouissa, Marie Bovo, Daniel Buren, Latifa Echakhch, Camille Henrot, Huang Yong Ping, Alfredo Jaar, Anish Kapoor, Tadashi Kawamata, Lee Ufan, Claude Lévêque, Philippe Parreno, and Martial Raysse; and of personalities who have all agreed to put some unique experiences under the hammer, including Azzedine Alaïa, Éric Cantona, Peter Lindbergh, Benjamin Millepied, François Pinault, Teddy Riner, and Gad Elmaleh, who will do us the honour of playing our master of ceremonies.

ŒUVRES •

WORKS

8

LOT 1 • MOHAMED BOUROUISSA (1978-) Screen 5, 2011 Caisson lumineux / Light Box 124 x 168 x 11,5 cm Édition / Edition 2/3 Estimation / Estimate : 15 000 - 20 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Le thème des écrans de téléviseurs explosés apparaît dans le travail de Mohamed Bourouissa dès 2007 ; il y revient en 2011 avec sa série «  Screens  ». Alors que les premières photographies tendaient vers le monochrome, sortes d’abstractions gris-noir transpercées par les éclairs d’un blanc intense jaillissant de l’arrière éventré de l’appareil, certaines des pièces de la série tardive des «  Screens  » présentent des détails colorés — principalement les entrailles électroniques des défunts tubes cathodiques. Le format lui aussi a changé : les images sont désormais présentées en transparence, dans des caissons lumineux. Ce dispositif permet d’irradier la composition et d’en magnifier les détails. Nul doute que Mohamed Bourouissa soit revenu sur son sujet avec un intérêt renouvelé pour la déconstruction des outils mêmes des systèmes de diffusion de la société du spectacle. Bourouissa, who explored the motif of the exploded television screen as early as 2007, has returned to his series “Screens” in 2011. While his earlier photographs were nearly monochromatic, black and gray abstractions with white light pouring through the openings in the machines’ back covers, some of the new works display colorful details—the entrails of the defunct machines of image dissemination. The format of the pictures has also evolved, and they are now presented as transparencies in light boxes, acquiring a degree of radiance and clarity of detail. There is no doubt that Bourouissa returns to the subject with a fresh interest in deconstructing the devices of the spectacle-driven system of representation.

10

13

LOT 2 • MARIE BOVO (1967-) Cour intérieure, 22 février 2009, 2009 Photographie couleur / Color print 152 x 120 cm Épreuve d’artiste / Artist proof 1/1 Estimation / Estimate : 20 000 - 25 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Marie Bovo revendique avec ses images une révolte de l’instable sur le fixe, du suggéré sur l’établi. Dans une volonté constante de décalage, elle construit ses images par contraste : l’éphémère face au pérenne, la mobilité face à l’immuable, l’inattendu face à l’ordre. À l’architecture pérenne, reliquat de l’histoire, répondent désormais la fragilité de l’installation et la précarité des vêtements suspendus. Or la présence des vêtements évoque en creux la présence de corps absents. […] Le geste simple de suspendre son linge, ce geste de poésie, évoque en effet ce qui est en nous et plus qu’en nous, c’est-à-dire le mystère d’être. With these images, Marie Bovo makes a claim for a revolt of the instable over the stable, of the suggested over the established. In her constant drive towards discrepancy, she constructs images through contrast: the ephemeral next to the perennial, mobility next to the immobile, the unexpected next to order. Perennial architecture, relic of history, now finds a response in the fragility of the installation, and the precariousness of the hanging clothes. The presence of these clothes evokes, in negative, the presence of absent bodies. […] Indeed, the simple gesture of hanging out the wash, this gesture of poetry, evokes that in us which is more than ourselves, the mystery of being. Mouna Mekouar, «  La Part invisible  », in Marie Bovo, Co-édition Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille / kamel mennour, Paris / Osl contemporary, Oslo, 2015.

14

Les Cours intérieures sont des espaces intermédiaires entre la rue et la maison, mais on est au fond du «  puits » et c’est à Marseille, quai de la Joliette, dans la zone portuaire des départs pour l’Algérie. […] Je fréquentais ces cours avant d’y travailler, et mon réflexe en y pénétrant était toujours le même : lever la tête vers le ciel  ; c’est comme ça que la série est née. Marie Bovo, «  Entretien avec Régis Durand », in Sitio, Éditions kamel mennour, Paris, 2010.

Cours intérieures, 2008-2009 Photographies couleur / Color prints 152 x 120 cm chaque / each Vue de l'exposition / Exhibiton view «  La Danse de l'Ours  », Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille, 2015

LOT 3 • DANIEL BUREN (1938-) Photo-souvenir : Miroir / Blanc Thasos (Grèce) - 23 lattes, travail situé, 2015 Miroir et marbre / Mirror and marble 200 x 200,1 x 3 cm Pièce unique / Unique piece Estimation / Estimate : Sur demande / On demand Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris L’œuvre de Daniel Buren, depuis cinquante ans, s’attache à ouvrir l’art et l’espace à des dimensions inconnues et audacieuses. […] L’exposition «  Au fur et à mesure  », présentée à la galerie kamel mennour au début de l’année 2015, ouvre sur des travaux situés, disposant des panneaux rayés de marbre ou granit en bandes verticales. Ces matériaux trouvent leur place dans l’agencement de l’œuvre non pas en rapport avec leurs veinures, leurs bigarrures ou leurs nuances, mais en fonction de leur nom. Et de leur place dans l’alphabet français. Cela commence par l’«  Arabescato T (Italie)  », pour finir, neuf marbres plus loin, par le «  Zimbabwe noir (Zimbabwe)  », chacun en alternance avec le «  Blanc Thasos (Grèce)  ». Le choix de la couleur par son initiale, et non par son apparence chromatique, est une subversion, un mode iconoclaste à partir duquel sentir, vibrer, discerner... Daniel Buren’s body of work has been dedicated to opening up art and space in undiscovered, audacious dimensions over the past fifty years... […] The latest exhibition at galerie kamel mennour, “Au fur et à mesure”, opens with situated works of panels striped with marble and granite vertical bands. These materials find their place in the organization of the work not through their veins, their mottlings, or their nuances, but through their names and their place in the French alphabet. It begins with “Arabescato T (Italy)” and ends nine marble slats further with “Zimbabwe Black (Zimbabwe)”, each one in alternation with “Thassos White (Greece)”. The choice of color by initial rather than chromatic appearance is a subversion, an iconoclastic mode from which to feel, resonate, discern... Annabelle Gugnon, «  Architexture  », in Daniel Buren, 1965 ... 2015, Éditions kamel mennour, Paris, 2015.

18

Photo-souvenir : Vue de l’exposition / Exhibition view «  Au fur et à mesure, travaux in situ et situés  », kamel mennour, Paris, 2015

LOT 4 • LATIFA ECHAKHCH (1974-) No grassland, no hill, nothing but a labyrinth of roots and barks more or less dry., 2014 Encre «  phthalo  » sur toile / “Phthalo” ink on canvas 200 x 150 cm Signée, titrée et datée en haut au dos de la toile / Signed, titled and dated on the back top of the canvas Estimation / Estimate : 70 000 - 100 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Latifa Echakhch crée des sculptures et des installations qui révèlent les codes architecturaux de l’identité. Que l’allusion renvoie aux motifs géométriques de l’art islamique, au minimalisme, au champ coloré de la peinture, aux thèmes révolutionnaires ou au formatage bureaucratique des visas de résidence, il s’agit pour elle à chaque fois de déterminer jusqu’à quel point le plus banal des objets se trouve littéralement en infusion dans un bain culturel. Plongées dans l’encre, les fines toiles de lin utilisées par Echakhch présentent au final des ondulations où l’œil semble apercevoir de grands panoramas paysagers. Ici, le contrôle abdique devant le médium et la méthode, et la sérénité affichée des toiles de Latifa Echakhch masque à peine une tension brutale, envahissante. L’abstraction obtenue balance ainsi entre une peinture de genre, le paysage, et un système de bandes horizontales colorées, un peu à la manière d’un Mark Rothko. Latifa Echakhch creates sculptures and installations that highlight architectural codes of identity. She makes allusions to Islamic geometric patterns and minimalism, colourfield painting, radical politics and the bureaucracy of residency visas, examining how even the most banal objects can be infused with cultural assumptions. Dipped in ink, Echakhch’s fine linen canvases culminate in an undulating line reminiscent of a panoramic landscape. Control is surrendered to the medium and method, Latifa Echakhch affecting serenity in canvases that mask a wild, encroaching tension. The finished abstraction hovers between naturalistic scenery and something like Mark Rothko’s horizontal zones of colour.

22

À chaque stencil une révolution, 2007 Papier carbone A4, colle, alcool à brûler / Carbon paper A4, glue, methylated alcohol Dimensions variables / Variable dimensions Vue de l’exposition / Exhibition view « Speakers’ corner  », Tate Modern, Bankside, Londres / London, 2008

LOT 5 • CAMILLE HENROT (1978-) Overlapping figures, 2011-2012 Bronze, plâtre, bois et briques / Bronze, plaster, wood and bricks 64 x 122 x 51 cm Édition / Edition 5/8, + 4 épreuves d’artistes / artist proofs Signée et numérotée sur le devant / Signed and numbered on the front Estimation / Estimate : 30 000 - 35 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Les Overlapping figures sont inspirées des petites sculptures de la civilisation de l’Oxus datant de la fin du IIIe millénaire présentant un principe d’incision d’un motif «  all over  »  ; et des techniques de sculpture traditionnelle en atelier dont l’objectif consiste à trouver un équilibre en appuyant l’objet modelé (la terre, la forme organique) contre des cales, des objets manufacturés (briques, morceaux de plâtre ou fils de fer). Les Overlapping figures sont des objets instables, enchevêtrés. Ils font référence aux objets matériels dans leur aptitude aux changements, et dans leur résistance. Ils relatent une expérience de l’incertain et de l’instable. Ils renvoient à une théorie de l’équilibre qui peut se rapporter au modèle d’une société humaine. L’accent est porté sur le «  et si ?  » plutôt que sur le «  donc  ». The Overlapping figures draw their inspiration from the little figures of the Oxus treasure, from the third millennium BCE, objects almost entirely covered with decorative incisions. They also evoke a practice common to all sculpture workshops, and which consists in holding up the material to be sculpted (earth or some other organic material) with wedges or other prefabricated objects (bricks, pieces of plaster, wires). The Overlapping figures are unstable, even incredibly so. They evoke material objects in their mass and their capacity for change. They create an experience of uncertainty and instability. They reflect a theory of balance that could very well be applied to human society. The accent here falls on the “and if ?” more so than on the conclusive, “such that...”.

26

28

LOT 6 • HUANG YONG PING (1954-) Sans titre, 2015 Mue de boa, mue de python, peinture et feuille d’or sur papier / Boa shed, python shed, paint and gold leaf on paper 314 x 130 cm Signée en haut à droite / Signed on the top right Estimation / Estimate : 130 000 - 150 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Ce grand dessin est structuré par deux mues de serpent en une composition cyclique. Thème cher à l’artiste, la mue de serpent évoque la renaissance et le principe taoïste de la mutation du monde. La grande mue semble avoir «  donné naissance  » au dessin d’un grand squelette de couleur rouge sang, qui se déroule en circonvolutions complexes. Ce dessin rappelle les œuvres monumentales de Huang Yong Ping, notamment Serpent d’océan*, dont le squelette semble «  prendre vie  » dans le mouvement des vagues. La petite mue laisse apercevoir en transparence des feuilles d’or, comme en cours de digestion. Dans de nombreuses civilisations anciennes, l’or est utilisé dans les rites funéraires car il protégerait de la décomposition. L’artiste fait se rejoindre dans un mouvement circulaire les images de la naissance et de la mort, dont la mue de serpent est le vecteur symbolique. This large drawing is structured by two moulted snake skins arranged in a cyclical composition. The moulted snake skin, a motif cherished by Huang Yong Ping, evokes rebirth and the Taoist principle of the mutation of the world. The large skin seems to have “given birth” to the drawing of a large, blood-red skeleton, which unfolds in complex circumvolutions. The piece brings to mind Huang Yong Ping’s monumental works, in particular Serpent Océan*, where the skeleton seems to “come alive” with the movement of the waves. Through the transparent surface of the small snake skin, one can make out sheets of gold leaf, as if in the process of digestion. Gold has been used by numerous ancient civilisations in funerary rites, as it is believed to guard against decomposition. Huang Yong Ping brings together in a circular movement images of birth and death, with the snake skin acting as their symbolic vector. * Estuaire Nantes<>Saint-Nazaire, Saint-Brevin-les-Pins, 2012

30

À droite / on the right : Arche 2009, 2009 Installation. Bois, papier et animaux taxidermisés / Wood, papier and taxidermized animals 18,10 x 4,12 x 8 m Vue de l’installation / Installation view, chapelle des Petits-Augustins, École nationale supérieure des Beaux-arts, Paris, 2009 Collection particulière

37

LOT 7 • ALFREDO JAAR (1956-) Culture = Capital, 2010 Néon / Neon 15 x 122 cm Édition / Edition 4/8, + 3 épreuves d’artistes / artist proofs Estimation / Estimate : 30 000 - 35 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Alfredo Jaar est aujourd’hui reconnu comme l’un des artistes actuels les plus intransigeants, fascinants et innovants ; son travail s’étend sur les quarante dernières années et ne cesse de nous rappeler le rôle éthique de l’art et de la culture. Cette œuvre en néon, médium classique de l’artiste, fait référence à une édition iconique de Joseph Beuys datant de 1980, une ardoise sur laquelle ce dernier avait inscrit à la craie : « Kunst = Kapital » [ Art = Capital ]. Dans cette période de crise, Alfredo Jaar tient à rappeler que c’est la culture et non l’argent qui peut sauver, changer le monde, que la culture est le vrai capital. Alfredo Jaar is widely recognised as one of the most intransigent, fascinating, and innovative artists at work today. For 40 years he has been tirelessly reminding us of the ethical role played by art and culture. This work in neon, a signal medium of the artist’s, refers to an iconic piece of Joseph Beuys’ from 1980, a blackboard on which Beuys has written in chalk: “Kunst = Kapital” [ Art = Capital ]. During this period of crisis, Jaar insists that it is culture, not money, that can save and change the world, that culture is the real capital.

38

The Sound of Silence, 2006 Projection vidéo, 8 min (en boucle), structure en bois, aluminium, tubes fluorescents et lumières stroboscopiques / Video-projection, 8 min (loop), wood str ucture, aluminium, fluorescent tubes and strobe lights Vue de l’installation / Installation view, Cour vitrée du Palais des études, École nationale supérieure des Beaux-arts, Paris, 2011

LOT 8 • ANISH KAPOOR (1954-) Monochrome (Pale Blue), 2015 Fibre de verre et peinture / Fibreglass and paint 90 x 90 x 49,5 cm Pièce unique / Unique piece Signée au dos, au centre / Signed on the back, in the middle Estimation / Estimate : 360 000 - 400 000 £ Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris

La série des «  Void  » fait appel aux pigments et à la couleur, mais pour les transposer littéralement dans une autre dimension ; ici, la pigmentation contribue à désorienter le regardeur lorsqu’il s’efforce de discerner les limites de l’œuvre. Les spectateurs doivent s’approcher toujours davantage pour tenter de comprendre la forme, jusqu’au point où celle-ci se révèle être non pas une surface plane recouverte de peinture, mais un vide : chose que la simple perception est dans l’incapacité de définir. Cette qualité hypnotique génère un impact émotionnel qui bouleverse la relation entre le regardeur et l’œuvre. Le fossé entre perception et connaissance est impossible à combler — le regardeur se tient tout au bord, chancelant. The void works literally take the use of pigment and colour into another dimension, where the pigment contributes to the sense of disorientation created as the viewer tries to discern the boundaries of the work. Viewers find themselves drawn closer and closer in an attempt to understand the form, until it reveals itself to be a void and not a flat painted surface—a void that is impossible to define perceptually. This mesmeric quality creates an emotional impact that redefines the relationship between viewer and artwork. The gap between perception and knowledge is impossible to bridge—the viewer teeters on the edge of the brink. Elizabeth Ann Macgregor, Directrice et conservatrice des expositions / Exhibition Curator and Director, Museum of Contemporary Art Australia

42

C-Curve, 2007 Acier inoxydable / Stainless steel 220 x 770 x 300 cm Vue de l’exposition / Exhibition view «  Anish Kapoor Versailles  », château de Versailles, 2015 Courtesy Kapoor Studio, kamel mennour and Lisson Gallery

LOT 9 • TADASHI KAWAMATA (1953-) Favela Café n°  3, 2014 Maquette en bois, tôle et peinture / Wooden scale model, metal sheet and paint 210 x 306 x 15 cm Signée et datée au dos / Signed and dated on the back Estimation / Estimate : 50 000 - 60 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Depuis les années 1980, Tadashi Kawamata est célèbre pour ses interventions in situ. Son œuvre Favela Café, présentée sur la Messeplatz devant l’entrée de la foire d’Art Basel en 2013 et conçue en collaboration avec l’architecte Christophe Scheidegger, propose un ensemble de petits abris fait de bois de récupération, de fenêtres et de tôles, servant à accueillir les visiteurs pour une collation ou un moment de détente. La maquette de cette œuvre donne à voir une vue aérienne de ces fragiles constructions, comme si nous survolions le site. Since the 1980s, Tadashi Kawamata has been celebrated for his onsite interventions. His work, Favela Café, exhibited on the Messeplatz at the entry to Art Basel in 2013, and conceived in collaboration with the architect Christophe Scheidegger, offers a collection of little shelters made of scrap wood, windows and canvas, serving to house visitors for a meal or a moment’s relaxation. The maquette of this work gives a bird’s eye view of these fragile constructions, as if we were flying over the site.

46

48

49

Tree Huts at Place Vendôme, 2013 Bois / Wood Dimensions variables / Variable dimensions Vue de l’installation / Installation view, FIAC Hors les Murs, place Vendôme, Paris, 2013 Courtesy kamel mennour, Paris and Annely Juda Fine Art, London

LOT 10 • LEE UFAN (1936-) Dialogue, 2007 Huile et pigments minéraux sur toile / Oil and mineral pigment on canvas 130 x 97 cm Signée et datée en bas à droite sur la tranche et en haut à droite au dos de la toile / Signed and dated on the bottom right on the side and on the back top right of the canvas Estimation / Estimate : 150 000 - 170 000 $ Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Peintre, sculpteur, écrivain et philosophe, Lee Ufan s’est fait connaître dans les années 1960 comme théoricien et artisan principal du mouvement d’avant-garde Mono-Ha. Ce groupe rejetait les codes occidentaux de la représentation, mettant l’accent sur la relation entre le matériau et la perception plutôt que sur l’expression et l’intervention de l’artiste. C’est en 1991 que Lee Ufan entreprit son emblématique série des «  Correspondances  ». Il s’agit de grandes toiles vierges sur lesquelles il applique simplement un, voire deux passages de brosse dans les tons gris-bleu  ; il obtient cette tonalité en mélangeant de l’huile et des pigments minéraux pulvérisés. La relation entre le peint et le non-peint, entre espace vide et espace occupé, est au cœur de la pratique de Lee Ufan. Painter, sculptor, writer and philosopher Lee Ufan came to prominence in the late 1960s as one of the major theoretical and practical proponents of the avant-garde Mono-ha group. The group rejected Western notions of representation, focusing on the relationships of materials and perceptions rather than on expression or intervention. In 1991 Lee Ufan began his emblematic series of “Correspondance paintings”, which consist of just one or two greyblue brushstrokes, made of a mixture of oil and crushed stone pigment, applied to a large white surface. The relationship between painted/unpainted and occupied/empty space lies at the heart of Lee Ufan’s practice.

52

55

Relatum – L’Arche de Versailles, 2014 Acier inoxydable et 2 pierres / Stainless steel and 2 stones 1113 x 1500 x 300 cm Vue de l’exposition / Exhibition view «  Lee Ufan Versailles  », château de Versailles, 2014 Courtesy kamel mennour, Paris and Pace, New York

LOT 11 • CLAUDE LÉVÊQUE (1953-) HEROES, 2014 Canevas encadrés, néon multicolore / Framed embroidery canvases, multicoloured neon 61,5 x 135,5 x 8,5 cm Pièce unique / Unique piece Estimation / Estimate : 50 000 - 60 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris L’œuvre HEROES utilise des canevas encadrés représentant des poulbots, images archétypales de gavroches parisiens. L’écriture lumineuse en lettres néon multicolores du mot HEROES donne un sens ironique à ces éléments décoratifs. Si les couleurs vives renvoient bien à la représentation de l’enfance, la joie, l’insouciance, l’écriture tremblée nous suggère la fragilité de cet âge de la vie. Claude Lévêque utilise ici des éléments propres à notre quotidien, l’enseigne lumineuse, et à la mémoire collective, une certaine représentation de l’enfance. Les «  héros  » de cette œuvre créent chez le spectateur une ambiguïté de sentiments entre amusement et inquiétude. The work HEROES uses framed paintings of poulbots, archetypal images of the old Montmartre ragamuffin. The word HEROES, in multicoloured neon letters, gives an ironic sense to these decorative elements. If the vivid colours evoke representations of childhood, joy, and recklessness, the trembling writing suggests the fragility of this stage of life. With the neon sign, Claude Lévêque uses an element from our everyday life, and with a particular representation of childhood, one from our collective memory. The “heroes” of this work create in the viewer an ambiguous feeling between amusement and disquietude.

58

60

61

Sous le plus grand chapiteau du monde (partie 1), 2014 Néon rouge / Red neon 2100 x 70 cm Dessin / Drawing : Hamza Aboudou Intervention sous la pyramide du Louvre / Intervention under the Louvre Pyramid, Paris, 2014-2016

LOT 12 • PHILIPPE PARRENO (1964-) Marquee, 2015 Plexiglass blanc opalescent, 10 tubes néons / White opalescent Plexiglas, 10 neon lights 107,9 x 101,5 x 72,6 cm Pièce unique / Unique piece Estimation / Estimate : 150 000 - 200 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris

64

LOT 13 • MARTIAL RAYSSE (1936-) Salut les potes !, 2014 Bronze, aimants, épingles / Bronze, magnets, pins 76 x 50 x 30 cm Édition / Edition 3/8, + 3 épreuves d’artistes / artist proofs Signée et numérotée sur le pied droit du personnage / Signed and numbered on the right foot of the character Estimation / Estimate : 120 000 - 180 000 € Provenance : L’artiste / The artist & kamel mennour, Paris Martial Raysse revisite les archétypes popularisés par la publicité et les maîtres du passé avec une même insolence et une virtuosité hors pair ; ces œuvres l’ont placé dès les années 1960 au premier rang des artistes internationaux. Depuis 1980, parallèlement à l’élaboration de ses tableaux, Martial Raysse développe une ambitieuse production de sculptures. Des sculptures figuratives classicisantes, aux sujets souvent mythologiques, réalisées d’après modèles et tirées en bronze. Comme dans ses peintures, la morphologie et les vêtements des personnages sont contemporains, et jouent de la disjonction entre une facture classique et des attributs choisis parmi l’environnement quotidien actuel. Martial Raysse revisits the archetypes popularised by advertising and past masters with unparalleled virtuosity and insolence. Since the 1960s, these works have secured him a place in the first rank of international artists. Beginning in 1980, and while continuing to work on his paintings, Raysse has been developing an ambitious body of sculptures: classically oriented figurative sculptures, often with mythological subjects, composed from live models and cast in bronze. As with his paintings, the physique and the clothes of his figures are contemporary, playing with the disjunct between classical production and attributes chosen from our current, everyday environment.

68

71

D’une flèche mon cœur percé, 2008 Salut les potes !, 2014 La Feria, 2005 Liberté chérie, 1991 Techniques mixtes / Mixed media Dimensions variables / Variable dimensions Vue de l’exposition / Exhibition view « Martial Raysse  », Palazzo Grassi - François Pinault Foundation, Venise / Venice, 2015

MOMENTS D’EXCEPTION •

EXCEPTIONAL MOMENTS

74

Un vestiaire par Azzedine Alaïa

Be dressed by Azzedine Alaïa





Le coup d’envoi d’un match de Manchester United avec Éric Cantona et backstage avec les joueurs

Give the kickoff at a Manchester United match with Éric Cantona and visit backstage with the players





Un moment sur scène avec Gad Elmaleh pendant une de ses représentations

A moment onstage with Gad Elmaleh during one of his shows





Un portrait par Peter Lindbergh

A portrait by Peter Lindbergh





Une avant-première à l’Opéra national de Paris et spectacle des coulisses en compagnie de Benjamin Millepied

Attend an avant-première at the Opéra national de Paris and a backstage show in the company of Benjamin Millepied





Un voyage et une visite privée avec François Pinault à Venise : un aller-retour en avion privé, déjeuner et visite de l’exposition de Martial Raysse au Palazzo Grassi et de l’exposition commissariée par Danh Vō à la Punta della Dogana

A trip to and private showing in Venice with François Pinault: return flight in a private jet, lunch, and a visit to the Martial Raysse exhibition at the Palazzo Grassi and the exhibition curated by Danh Vō at the Punta della Dogana

76

77

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE •

78

Les conditions exposées ci-dessous ainsi que les lexiques et avis présentés au catalogue constituent les termes applicables à la vente. Ils peuvent être modifiés par des notices affichées ou par des indications orales données lors de la vacation et portées au procèsverbal de vente. En portant une enchère, toute personne accepte d’être liée par les présentes conditions : A • DÉFINITIONS DES TERMES UTILISÉS DANS LES CONDITIONS GÉNÉRALES Dans les conditions générales exposées ci-dessous, certains termes sont utilisés régulièrement et nécessitent une explication : - l’« acheteur » ou « adjudicataire » signifie la personne qui aura porté l’enchère la plus élevée, acceptée par la personne dirigeant la vente et tenant le marteau ; - le « lot » signifie tout article qui aura été consigné entre nos mains afin qu’il soit vendu aux enchères et en particulier l’objet ou les objets décrits sous tout numéro de lot dans les catalogues  ; - « le prix d’adjudication » signifie le montant de l’enchère la plus élevée pour un lot, acceptée par la personne dirigeant la vente et tenant le marteau  ; - « le commissaire-priseur habilité » désigne la personne dirigeant la vente et tenant le marteau. B • LES ORGANISATEURS DE LA VENTE La vente est organisée par : • La galerie kamel mennour agissant en tant qu’initiateur de la vente, vendeur et propriétaire des œuvres d’art mises en vente : la galerie édite les factures à l’attention des adjudicataires et reçoit les paiements s’agissant des œuvres d’art. Le fruit de la vente des œuvres d’art sera intégralement reversé par la galerie à l’Institut Imagine. Les œuvres seront en outre exposées dans les locaux de la galerie avant la vente et devront y être enlevées par les adjudicataires après celle-ci  ; • L’Institut Imagine agissant en tant que vendeur des moments d’exceptions et bénéficiaire du fruit de la vente des œuvres d’art : l’institut édite les factures à l’attention des adjudicataires et reçoit les paiements s’agissant des moments d’exception. Le fruit de la vente des œuvres d’art lui sera intégralement reversé par la galerie. • Christie’s agissant pour le compte de la galerie kamel mennour et de l’Institut Imagine en conduisant la vente et en enregistrant les ordres d’achat. C • L’ACHETEUR I. AVANT LA VENTE a • Il est vivement conseillé aux acheteurs potentiels d’examiner le ou les biens pouvant les intéresser avant la vente aux enchères. Des rapports sur l’état des lots sont habituellement disponibles sur demande. Les œuvres seront exposées du 4 au 9 septembre 2015 de 11h à 19h à l’adresse suivante :

80

kamel mennour 47 rue Saint-André des Arts 75006 Paris b • Catalogue et autres descriptions Le lexique et/ou les avis et/ou les informations importantes pour les acheteurs, présentent notre méthode de rédaction du catalogue. Toutes les mentions comprises dans les descriptions du catalogue ou dans les rapports concernant l’état d’un lot, toute déclaration orale ou écrite faite par ailleurs, constituent l’expression d’une opinion et non l’affirmation d’un fait. Les références faites dans la description du catalogue ou dans le rapport concernant l’état du lot, relatives à un accident ou à une restauration, sont faites pour faciliter l’inspection et restent soumises à l’appréciation devant résulter d’un examen personnel de l’acheteur ou de son représentant compétent. L’absence d’une telle référence dans le catalogue n’implique aucunement qu’un objet soit exempt de tout défaut ou de toute restauration, de plus une référence à un défaut particulier n’implique pas l’absence de tous autres défauts. Les estimations de prix de vente ne doivent pas être considérées comme impliquant la certitude que l’objet se vendra pour le prix ainsi estimé ou que la valeur ainsi donnée est une valeur garantie. II. AU MOMENT DE LA VENTE a • Enregistrement Lors de la vente, chaque acheteur devra compléter et signer un formulaire d’enregistrement et présenter toute pièce d’identité requise. b • Enchères faites en nom propre En portant une enchère, les enchérisseurs assument la responsabilité personnelle de régler le prix d’adjudication. c • Enchères simultanées En cas de contestation au moment des adjudications, c’est-à-dire s’il est établi que deux ou plusieurs enchérisseurs ont simultanément porté une enchère équivalente, soit à haute voix, soit par signe et réclament en même temps un lot après le prononcé du mot « adjugé », ledit lot sera immédiatement remis en adjudication au prix proposé par les enchérisseurs et tout le public présent sera admis à enchérir de nouveau. d • Ordres d’achat Pour la commodité des clients n’assistant pas à la vente en personne ou par l’intermédiaire d’un mandataire ou encore transmettant des enchères par téléphone, Christie’s s’efforcera d’exécuter les ordres d’enchérir qui lui seront remis par écrit avant la vente. Ces ordres d’achat doivent être donnés en euros (€). Ces enchérisseurs sont invités à remplir le formulaire annexé et à l’envoyer par email à [email protected] Si Christie’s reçoit plusieurs ordres écrits pour des montants identiques sur un lot particulier et si, lors des enchères, ces ordres représentent les enchères les plus élevées pour le lot, celui-ci sera adjugé à l’enchérisseur dont

81

l’ordre aura été reçu le premier. L’exécution des ordres écrits est un service gracieux que Christie’s s’efforcera de rendre sous réserve d’autres obligations à satisfaire au moment de la vente. Le défaut d’exécution d’un ordre d’achat ou toute erreur ou omission à l’occasion de l’exécution de tels ordres n’engagera pas la responsabilité de Christie’s.

III. APRÈS LA VENTE a • Il n’y aura pas de frais acheteurs perçus en plus du prix marteau.

e • Enchères par téléphone Si un acheteur potentiel se manifeste avant la vente, Christie’s pourra le contacter durant la vente afin qu’il puisse enchérir par téléphone mais cela sans engagement de responsabilité, notamment au titre d’erreurs ou d’omissions relatives à la réception d’enchères par téléphone.

b • Paiement Lors de l’enregistrement, l’acheteur devra communiquer à Christie’s, la galerie kamel mennour et l’Institut Imagine son nom et son adresse permanente. La vente se fera expressément au comptant. L’acheteur devra régler immédiatement le prix d’achat global en euro par virement, chèque ou carte bancaire à l’attention de la galerie kamel mennour – en cas d’acquisition d’une œuvre d’art –, ou à l’attention de l’Institut Imagine en cas d’acquisition d’un moment d’exception.

f • Images vidéo ou digitales Lors de certaines ventes, un écran vidéo est installé. Des erreurs de manipulation peuvent survenir et Christie’s et la galerie kamel mennour ne peuvent assumer de responsabilité concernant ces erreurs ou encore la qualité de l’image.

c • Assurance L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions. La galerie kamel mennour décline toute responsabilité quant aux dommages que la ou les lots (œuvres d’art) pourraient encourir en cas de défaillance de l’acquéreur à ce titre.

g • Prix de réserve Certains lots sont offerts avec un prix de réserve, qui correspond au prix minimum et confidentiel en-dessous duquel le lot ne sera pas vendu. Il ne peut être supérieur à l’estimation basse portée au catalogue

d • Retrait des achats La galerie kamel mennour retiendra les lots (œuvres d’art) vendus jusqu’à ce que tout montant dû ait été reçu dans son intégralité et dûment encaissé.

h • Conversion de devises Certains lots (œuvres d’art) sont accompagnés dans le présent catalogue d’une estimation indiquée en livres sterling (£) ou en dollars ($) : lot 8 et 10. Lesdits lots feront néanmoins l’objet d’enchères en euros (€) de la part des enchérisseurs lors de la vente. i • Conduite de la vente Le commissaire-priseur habilité a la faculté discrétionnaire de refuser toute enchère, d’organiser les enchères de la façon qu’il juge convenable, de retirer tout lot de la vente, de réunir ou de séparer un ou plusieurs lots et, en cas d’erreur ou de contestation pendant ou après la vente, de désigner l’adjudicataire, de poursuivre les enchères, d’annuler la vente ou de remettre en vente tout lot en cas de contestation. j • Adjudicataire, risques, transfert de propriété Sous réserve de la décision du commissaire-priseur habilité, et sous réserve que l’enchère finale soit égale ou supérieure au prix de réserve, le dernier enchérisseur deviendra l’acheteur et la chute du marteau matérialisera l’acceptation de la dernière enchère. Les lots adjugés seront sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire 14 jours après la vente, le jour de la vacation étant pris en compte dans le calcul. Le transfert de risque interviendra de manière anticipée si la livraison est réalisée avant l’expiration du délai susvisé. Aucun lot ne sera remis à l’acquéreur avant acquittement de l’intégralité des sommes dues. En cas de paiement par chèque, le transfert de propriété n’aura lieu qu’après encaissement du chèque.

82

e • Emballages, manipulations et transport L’emballage des lots est assuré par la galerie kamel mennour. L’enlèvement et le transport des lots (œuvres d’art) sont à la charge et sous la responsabilité des adjudicataires. Il est conseillé aux adjudicataires de procéder à un enlèvement rapide de leurs lots afin d’éviter les frais de manutention et de gardiennage. Le lieu d’enlèvement des lots est situé à l’adresse suivante : kamel mennour 47 rue Saint-André des Arts 75006 Paris Le magasinage n’engage la responsabilité de la galerie kamel mennour à aucun titre que ce soit. IV. LOI ET COMPÉTENCES JURIDICTIONNELLES En tant que de besoin, les droits et obligations découlant des présentes conditions générales de vente seront régies par la loi française et seront soumis en ce qui concerne tant leur interprétation que leur exécution, aux tribunaux compétents de Paris.

83

84

24 boulevard du Montparnasse 75015 Paris +33 1 40 61 54 21 [email protected] www.institutimagine.org

47 r ue Saint-André des Arts 6 r ue du Pont de Lodi 75006 Paris +33 1 56 24 03 63 [email protected] www.kamelmennour.com

Premier pôle européen de recherche, de soins et d’enseignement sur les maladies génétiques, l’Institut Imagine a pour mission de les comprendre et les guérir. L’Institut rassemble 850 des meilleurs médecins, chercheurs et personnels de santé dans une architecture créatrice de synergies. C’est ce continuum inédit d’expertises, associé à la proximité des patients, qui permet à Imagine d’accélérer les découvertes et leurs applications au bénéfice des malades. Les quelque 9  000 maladies génétiques recensées touchent 35 millions de patients en Europe, dont 3 millions en France, où l’on compte chaque année 30 000 nouveaux cas. 60 % des enfants accueillis en consultation génétique repartent sans diagnostic génétique et 90 % des maladies génétiques n’ont pas encore de traitement curatif. Face à cette problématique majeure de santé publique, le défi d’Imagine est double  : diagnostiquer et guérir.

Fondée en 1999, la galerie kamel mennour est située en plein cœur de Saint-Germaindes-Prés : au 47 r ue Saint-André des Arts, au rez-de-chaussée d’un hôtel particulier du XVIIe siècle, l’hôtel de La Vieuville  ; et au 6 r ue du Pont de Lodi. Elle présente le travail d’une trentaine d’artistes contemporains, jeunes et internationalement consacrés.





Nous tenons à remercier tout particulièrement : Azzedine Alaïa, Isabelle Azoulai, Nicolas Bazire, Florence de Botton, Mohamed Bourouissa, Marie Bovo, Daniel Buren, Éric Cantona, madame Jacques Chirac, Bertrand Dumazy, Latifa Echakhch, Gad Elmaleh, le professeur Alain Fischer, Stéphane Fouks, Jacques Garaïalde, le professeur Claude Griscelli, Camille Henrot, Guillaume Houzé, Huang Yong Ping, Alfredo Jaar, Anish Kapoor, Tadashi Kawamata, Lee Ufan, Claude Lévêque, Peter Lindbergh, le professeur Stanislas Lyonnet, Jean Madar, Benjamin Millepied, le professeur Arnold Munnich, Jean Nouvel, Philippe Parreno, François Pinault, Martial Raysse, maître François de Ricqlès et Christie’s France, Teddy Riner, François Roussely  ; ainsi que Marcadé Event, Les Éditions Délicieuses et Françoise Dumas.

© 2015 Mohamed Bourouissa, Marie Bovo, Daniel Buren / ADAGP, Latifa Echakhch, Camille Henrot / ADAGP, Huang Yong Ping / ADAGP, Alfredo Jaar, Anish Kapoor / ADAGP, Tadashi Kawamata, Lee Ufan / ADAGP, Claude Lévêque / ADAGP, François Morellet / ADAGP, Philippe Parreno / ADAGP, Martial Raysse by SIAE. © 2015 kamel mennour, Paris. © 2015 Les photographes : Joakim Bouaziz, Marc Domage, Latifa Echakhch, Alfredo Jaar, Julie Joubert, Jean-Christophe Lett - Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille, Dave Morgan - London, Fulvio Orsenigo, Fabrice Seixas.



Tous droits réservés. La reproduction d’un extrait quelconque de ce catalogue, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, est interdite sans l’autorisation écrite de la galerie kamel mennour, Paris •

Cette initiative est organisée avec le soutien de

COORDINATION ÉDITORIALE Emma-Charlotte Gobry-Laurencin • Assistée de Pierre-Maël Dalle GRAPHISME Éloïse de Guglielmo & Amélie du Petit Thouars (MOSHI MOSHI Studio) TRADUCTIONS Jack Cox (Anglais / English) RELECTURES Michel Pencréac’h •

En couverture : Claude Lévêque, HEROES, 2014. Écriture : Romaric Étienne.